Annabelle Rodriguez

Juste avant la peste et le choléra

Dimanche 07 Mai 2017 à 18h22
Finir la mandature sur une note humaniste !
 
La peur de l'autre -
cette inquiétante étrangeté,
le nord de leurs folles boussoles - 
En faire
un fil
de rimes frémissantes
Une lecture d'équilibriste,
tentative de pont
entre celui qui a tout
et celui qui le laisse.

Un choix : être où être.

 

 

 

Voilà, hier soir, chez Hafid et Zoubir, à la pizzeria Belfort à Toulouse, j'ai donné une lecture accompagnée d'un violoncelle et d'un violon, la veille de ce dimanche poisseux, dont va nous sortir un président qui, avec son libéraliste de blaireau, va faire monter encore le vote FN. PARCE QU'IL N'Y A QU'UNE VRAIE POLITIQUE DE GAUCHE QUI PEUT FAIRE PLIER LE FRONT NATIONAL !!! Crénom de nom (non !!) C'est pas difficile à comprendre, tout de même !

 

Le spectacle parlait du statut de réfugié : d'où vient ce statut ? Pourquoi est-ce si difficile de l'obtenir ? Qui travaille avec les réfugiés ? Y a-t-il des bons et des méchants ? Dans la salle, on aurait pu se poser la question : est-ce que tous ceux qui sont ici sont d'ici ? Mais personne ne s'est soucié de cela, on a écouté ce que les mots et la musique avaient à dire. Comme quoi on peut s'intéresser à autre chose qu'à l'origine des gens.

 

Ce que j'ai retenu d'hier soir, c'est ce que m'a dit N. et que je traduis comme ça :  "Avocate engagée, à force de réaliser des actes juridiques, j'avais oublié ceux pour qui je les faisais. L'humanité du spectacle, de chair et d'hommes, a ressuscité ma propre humanité"

J'en suis bien contente.

Annabelle

 



Commentaires

Catégories